Home  |  Contact  |  A Propos Du JTB  |  Blog  |  Liens Utiles   


 

RELIGION ET FOI

L'histoire de Jérash est un mélange de civilisation gréco-romaine du bassin méditerranéen et d'anciennes traditions arabes et orientales. Le nom même de la ville reflète cette interaction. Les premiers habitants arabes/sémites du village le nommèrent Garshu. Les romains hellénisèrent par la suite le nom arabe en Gérasa, puis à la fin du 19è siècle, les habitants arabes et circassiens transformèrent la Gérasa romaine en Jérash arabe.



Ce n'est qu'à l'époque d'Alexandre le Grand au 4è siècle après J.C. que Jérash se développa en une ville relativement importante. Mais c'est durant le règne des romains, particulièrement au 2è siècle ap. J.C. que Jérash connut son âge d'or.

Juste après la prise de la Syrie par Rome, Jérash fut nommée parmi les dix cités de la confédération de la Décapole qui réunissait dix cités romaines partageant des intérêts commerciaux, politiques et culturels. Cette alliance profita pleinement à Jérash sur le plan économique et le commerce put prospérer au cœur de l'empire nabatéen basé à Pétra.


img_emperor_trajan.jpg

En l'an 106 de notre ère, l'empereur Trajan annexa le riche royaume nabatéen qui fut inclus dans la province d'Arabie. Cette opération permit l'afflux d'innombrables richesses commerciales dans Jérash qui vit exploser ses activités de construction immobilière. La cité connut une consécration supplémentaire avec la visite de l'empereur Hadrien en l'an 129. Pour fêter sa visite, les citoyens érigèrent un arc de triomphe monumental dans le sud de la ville. Jérash connut son

apogée au début du 3è siècle de notre ère, lorsqu'elle fut élevée au rang de colonie romaine.



Au cours du 3è siècle, les voies maritimes devinrent les principales routes commerciales. Jérash déclina peu à peu à mesure que ses routes, très lucratives auparavant, furent de moins en moins fréquentées. Au milieu du 5è siècle, le christianisme était devenu la principale religion de cette région et de nombreuses églises furent construites à Jérash. Elles étaient principalement composées des pierres arrachées aux temples païens, dont les ruines sont toujours visibles aujourd'hui.

Un puissant tremblement de terre en l'an 749 abîma considérablement la cité et précipita son déclin.

Les Croisés décrivirent alors Jérash comme inhabitée et elle resta abandonnée jusqu'à sa redécouverte en 1806, lorsqu'Ulrich Jasper Seetzen, voyageur allemand s'y rendit et put la reconnaître en partie dans les ruines. L'ancienne cité était engloutie sous le sable ce qui explique son excellent état de conservation. Elle fut progressivement révélée par une série de fouilles qui débutèrent en 1925 et qui sont toujours en cours aujourd'hui.