Home  |  Contact  |  A Propos Du JTB  |  Blog  |  Liens Utiles   



HISTOIRE ET CULTURE


La ville antique de Jérash était une cité ouverte composée de bâtiments indépendants richement décorés de marbre et de granit. Sa conception était si avancée qu'une grande partie de la ville subsiste encore de nos jours. La ville a également fait l'objet d'efforts minutieux de restauration de la part d'équipes archéologiques venues du monde entier.

Les principales attractions de Jérash sont bien évidemment les ruines elles-mêmes. Des guides touristiques, des cartes et d'autres informations sont disponibles auprès du Visitors' Centre (centre d'accueil des visiteurs) près de la porte sud. Tél : (02) 6351272. Heures d'ouverture : hiver : 8h00 à 16h00, été : 8h00 à 17h00

Les ruines sont étendues et impressionnantes. Principaux monuments :



 

L'arc de triomphe d'Hadrien



Construit pour commémorer la visite de l'Empereur Hadrien à Jérash en l'an 129 après Jésus-Christ, ce splendide arc de triomphe était censé servir de principale porte d'entrée de la ville au sud. Cependant, les projets d'expansion ne furent jamais menés à terme.


Hippodrome



Cette arène massive de 245 mètres de long sur 52 mètres de large pouvait accueillir 15 000 spectateurs lors de courses de chars et autres événements sportifs. La date exacte de sa construction n'a pas été établie avec précision, mais on l'estime entre la deuxième moitié du deuxième siècle et le début du troisième siècle après Jésus-Christ. Aujourd'hui, les spectacles quotidiens de l'armée et des courses de chariot romaines (Roman Army and Chariot Experience (RACE) nous permettent de revivre les combats de gladiateurs et les courses de chars de l'époque antique. Pour plus d'informations sur la RACE, consultez le site Web www.jerashchariots.com


Place ovale



Cette vaste place de 90 mètres sur 80 est délimitée par des colonnades de style ionique datant du premier siècle de notre ère. Elle s'orne en son centre de deux autels et d'une fontaine qui fut ajoutée au 7ème siècle après Jésus-Christ. Cette structure carrée supporte aujourd'hui une colonne centrale récemment érigée pour recevoir la Flamme du festival de Jérash.


Rue à colonnades



Toujours pavés des pierres d'origine (les rigoles creusées par les roues des chariots sont toujours visibles), les 800 mètres du Cardo Maximus constituent, d'un point de vue architectural, l'épine dorsale et le point central de Jérash. Un système d'égouts souterrain s'étend sur toute la longueur du Cardo. Les cavités visibles à intervalles réguliers le long du trottoir permettaient d'évacuer les eaux de pluie dans les égouts.


Cathédrale



Un peu plus haut que le Cardo Maximus, sur la gauche, se trouve la porte d'entrée monumentale et finement gravée du temple romain de Dionysos qui date du deuxième siècle de notre ère. Au quatrième siècle, le temple fut reconstruit et devint une église byzantine aujourd'hui appelée la « cathédrale » bien que rien n'atteste qu'elle avait plus d'importance que les autres églises. Au sommet des marches, contre le mur extérieur est de la cathédrale se trouve le tombeau de Sainte Marie. Une inscription faisant référence à Marie et aux archanges Saint-Michel et Saint-Gabriel y est peinte.


Nymphée



Cette fontaine monumentale construite en l'an 191 après Jésus-Christ est dédiée aux nymphes. De telles fontaines étaient courantes dans les villes romaines et constituaient un point de rencontre agréablement frais. Cet exemple bien conservé de fontaine était, à l'origine, orné de plaques de marbre sur sa partie inférieure et de plâtre peint sur sa partie supérieure, le tout étant recouvert d'un toit en forme de demi-dôme. L'eau jaillissait de sept têtes de lion sculptées et se déversait dans de petits bassins situés sur le trottoir avant d'être évacuée par des conduits jusqu'au système d'égouts souterrain.


Théâtre Nord



Le théâtre Nord a été construit en 165 après Jésus-Christ. Sa face avant domine une place à colonnades et un escalier menant à sa porte d'entrée. Initialement, le théâtre ne comportait que 14 rangées de sièges et servait pour des spectacles ou dse réunions du conseil de la ville, etc. En l'an 235 après Jésus-Christ, sa taille fut doublée pour atteindre sa capacité actuelle de 1 600 spectateurs. Au cinquième siècle le théâtre cessa d'être utilisé et une grande partie des pierres le composant fut enlevée et utilisée pour construire d'autres bâtiments.

 

Théâtre Sud



Construit entre 90 et 92 après Jésus-Christ, sous le règne de l'Empereur Domitien, le théâtre Sud peut accueillir plus de 3 000 personnes. Le premier niveau de la scène décorée, qui comportait deux étages à l'origine, a été reconstruit et est encore utilisé de nos jours. La remarquable acoustique du théâtre permet à un orateur placé au centre de l'orchestre d'être entendu de toute l'assistance sans avoir à élever la voix. Deux passages voûtés conduisent à l'orchestre et quatre autres passages à l'arrière du théâtre donnent accès aux rangées de sièges supérieures. Certains sièges pouvaient être réservés et les lettres grecques les identifiant sont encore visibles de nos jours.
 



LE MUSEE ARCHEOLOGIQUE DE JERASH



Le Musée archéologique de Jérash a été construit en 1923 dans l'une des chambres fortes du Temple d'Artémis. En 1985, le musée fut déplacé dans le vieux gîte rénové et la première exposition fut intitulée « Jordan Through the Ages » (La Jordanie à travers les âges). Aujourd'hui, le musée est consacré uniquement aux découvertes faites dans la région de Jérash et ses collections s'étendent sur toutes les périodes archéologiques, du néolithique jusqu'à la période mamelouke. Les objets sont exposés par ordre chronologique avec des divisions typologiques et fonctionnelles.

Le musée abrite de vastes collections de poteries, de verreries, de métaux et pièces de monnaie outre les pierres précieuses, les figurines et statues, les autels en pierre et en marbre et les mosaïques.

Dans le jardin du musée, des inscriptions monumentales en grec et en latin sont affichées à proximité des statues en marbre et des sarcophages en pierre. Jérash (Gérasa) fut parmi les cités de la Décapole. Elle est considérée comme l'une des plus grandes cités provinciales romaines, avec des temples, des rues pavées, des théâtres, des ponts et des thermes très bien conservés. La ville peut également se targuer d'immenses pièces architecturales en très bon état, telles que le portail monumental, le nymphée et l'hippodrome. Il reste depuis l'époque byzantine, 18 églises, dont la plupart sont ornées de sols en mosaïques. Le mur d'enceinte et ses quatre portes sont en grande partie toujours en bon état.

Situé au cœur des ruines, le musée est ouvert tous les jours de 8h00 à 16h00 en hiver et de 8h00 à 19h00 en été (de 10h00 à 15h00 le vendredi et les jours fériés). L'entrée est gratuite.

Tél : (02) 6352267.