Home  |  Contact  |  A Propos Du JTB  |  Blog  |  Liens Utiles   


                        
ECO ET NATURE À SHAWMARI


Réserve de Shawmari
 

La réserve de Shawmari est un centre de reproduction pour certaines espèces rares et en voie d'extinction au Moyen-Orient. Cette petite réserve abrite un grand troupeau de magnifiques oryx arabes, une espèce qui a bien failli disparaître totalement. Vous y verrez aussi des autruches, des onagres et de gracieuses gazelles du désert. Les animaux se reproduisent dans ce refuge, protégés contre la chasse et la destruction de leur habitat qui menaçaient autrefois leurs existences.

De nombreuses plantes désertiques poussent dans la réserve de Shawmari, à l'abri et loin du broutage permanent des chèvres et des moutons alentour. Shawmari possède diverses espèces de plantes, notamment l'atriplex, une source alimentaire naturelle pour les onagres est les oryx.



Structures d'accueil pour les touristes:
 

Le centre d'informations pour les touristes: met à la disposition des visiteurs des informations et des brochures sur la réserve. Il existe également une boutique pour les touristes proposant des souvenirs locaux tels que de l'argenterie, des œufs d'autruches décorés et des produits en roseau.
 

Tour d'observation: l'observation des animaux est une activité passionnante pour tous les amoureux de la nature. La tour d'observation est l'endroit idéal pour contempler les différents animaux de la réserve, tels que les oryx qui se laissent admirer particulièrement bien au cours des premières heures de la journée. C'est également la base rêvée pour l'observation des oiseaux, tout particulièrement pendant les migrations.
 

Safari pour admirer les oryx: les visiteurs peuvent participer à des safaris pour voir d'eux-mêmes les résultats des efforts internationaux entrepris pour sauver ces animaux en voie d'extinction. Les safaris à l'intérieur des enclos des oryx peuvent être effectués à bord des véhicules de la RSCN.
 

Enclos de reproduction: à l'intérieur des enclos de reproduction de Shawmari se trouve également un petit zoo ; c'est la raison pour laquelle la réserve est une destination de choix pour les enfants et les sorties scolaires.
 

Le camp de Shawmari:est situé dans le coin est du Centre de la nature. Il existe actuellement 10 tentes pouvant accueillir 40 personnes par nuit. Dans chacune sont fournis des matelas, des oreillers et des draps. Des douches et des toilettes sont disponibles à proximité. Ces installations sont simples mais propres. Les boissons et la nourriture peuvent vous être fournies sur place, si vous le souhaitez. Le camp est ouvert toute l'année et une extension est en cours de construction.



La faune de Shawmari
 

Oryx
 



L'oryx est une élégante antilope blanche, l'un des rares mammifères indigènes de la Péninsule arabique. Chassée pour sa viande, sa fourrure et ses cornes, l'espèce s'est éteinte en Jordanie dans les années 1920.

Le développement et la puissance des armes ainsi que l'utilisation de véhicules motorisés ont été des facteurs déterminants dans l'extinction des Oryx. C'est en 1972 à Oman que le dernier oryx vivant fut tué au cours d'une partie de chasse. Fort heureusement, dix années auparavant, la Flora and Fauna Preservation Society et le WWF avaient lancé une opération de sauvetage internationale, l'« opération oryx ». Un troupeau avait été implanté aux Etats-Unis, avec trois animaux d'Oman, un du zoo de Londres, un du Koweït et quatre d'Arabie saoudite. Ayant pu constaté que le troupeau s'était développé de manière stable, la RSCN a lancé l'idée de réintroduire l'Oryx dans son habitat naturel dans le désert d'Arabie.

En 1978, onze de ces oryx furent intégrés dans la réserve de Shawmari. On y recense aujourd'hui environ deux cents individus ! L'opération oryx a si bien réussi que la Jordanie fournit aujourd'hui des oryx aux autres pays arabes qui organisent les mêmes programmes de réintroduction. Au début de l'année 2002, un petit troupeau d'oryx élevés en captivité fut transporté vers un enclos spécial dans le Wadi Rum. Cette opération était une étape dans le programme de remise en liberté de ces animaux. Cette remise en liberté est la première du genre après l'extinction de l'espèce en Jordanie et vise à réintroduire les animaux dans leur habitat naturel.



L'oryx peut s'acclimater de diverses manières à son environnement ce qui en fait un animal particulièrement bien adapté au désert. Sa fourrure blanche et brillante reflète les rayons du soleil, le maintenant au frais. Il peut passer de longues périodes sans boire (le record est de onze mois) et survivre en absorbant la rosée déposée sur les plantes désertiques.

Le nom d'oryx vient d'un mot grec qui signifie « pioche » et qui décrit les longues cornes pointues de l'animal. Ses cornes lui servent non seulement à se défendre des prédateurs mais également à se battre avec ses congénères, ce qui se produit lorsque le mâle dominant est menacé par un mâle plus jeune, après environ un an de règne. Le plus jeune prend généralement la place de l'ancien leader dans cette lutte perpétuelle pour le pouvoir.
 

Autruche



L'autruche est le plus grand oiseau du monde, une fabuleuse créature cocasse qui, à une époque, vivait en liberté dans les zones désertiques de l'Afrique, du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud Est. Malheureusement l'autruche de Syrie a aujourd'hui disparu après une chasse excessive et effrénée.

Le programme de reproduction de l'autruche à Shawmari a débuté avec trois autruches à cou bleu transférées par l'Oklahoma City Zoo aux Etats-Unis. Au cours des années qui ont suivi, des oiseaux provenant d'autres structures les ont rejointes, et grâce à des soins attentifs, leur nombre dépasse aujourd'hui les 30.

L'autruche est incapable de voler en raison de sa grande taille et de son poids. Elle peut en revanche courir très vite pour échapper à ses prédateurs. Elle est en réalité la créature bipède la plus rapide du monde avec un record de 60 km/h en moins de 2 secondes !

Les autruches sont capables de valser lorsqu'elles sont d'humeur joyeuse. Elles courent en formant des cercles tout en déployant leurs ailes et sont souvent prises de vertiges telles qu'elles en perdent l'équilibre et s'écroulent au sol ! C'est pourquoi elles sont souvent sujettes à des fractures de pattes.

Notez que la légende sur les autruches enfouissant leur tête dans le sable ne repose sur aucun fait réel. Mais on sait qu'elles aplatissent leur cou et tout leur corps au sol lorsqu'elles se sentent menacées.
 

Gazelle

Les gazelles sont de petites antilopes vives et dotées d'une petite queue. Quelques gazelles du désert vivaient à l'époque avec les oryx à l'intérieur de la réserve. Malheureusement plusieurs d'entre elles n'ont pas survécu et d'autres se sont échappées ; il n'en reste aujourd'hui que deux dans la réserve.

Onager

Les onagres se trouvent dans les grands enclos de reproduction à Shawmari. Il n'existait à l'origine que deux individus offerts à la réserve par le parc zoologique de Montpellier dans le sud de la France. Les onagres sont adaptées aux conditions extrêmes du désert et peuvent passer de longues périodes sans boire.

Autres mammifères

Parmi les autres mammifères parfois visibles à Shawmari se trouvent les renards roux, les caracals, les lièvres du cap, les chacals et les chats sauvages.