Home  |  Contact  |  A Propos Du JTB  |  Blog  |  Liens Utiles   



HISTOIRE ET CULTURE


As Salt, capitale de la région de Belqa'a, attirait déjà les colons avant l'Age de fer, principalement en raison de son climat tempéré, de son sol fertile et de son abondante réserve d'eau. La ville jouissait également d'une excellente situation géographique, au carrefour des routes commerciales nord-sud et est-ouest qui reliaient l'intérieur des terres à Jérusalem, Nablus, Nazareth et la côte méditerranéenne. La mixité de la population d'As Salt, de confession aussi bien musulmane que chrétienne, et sa situation de carrefour commercial, en font une ville réputée pour sa tolérance religieuse et la coexistence pacifique de ses différentes ethnies.

Elle présente toujours des vestiges de l'époque romaine et vous trouverez plusieurs tombes romaines à la périphérie de la ville. A l'époque byzantine, la ville s'appelait As Saltos, ce qui signifie forêt/zone boisée, et portait le nom de Jadaron/Jader. Elle est représentée sur un sol en mosaïque de Ma'in sous le nom de « Jadaron ». Au treizième siècle, le Sultan Al Mu'azzam Isa (un neveu de Saladin) fit construire une forteresse ayyubide sur le site de la citadelle, basée à Damas. Cette forteresse fut détruite lors de l'invasion mongole de 1260, mais reconstruite un an plus tard par un autre sultan mamelouk d'Egypte. Six siècles plus tard, en 1840, les troupes d'un autre souverain égyptien, Ibrahim Pasha, la démolirent à nouveau. Aujourd'hui, la Citadelle comprend une grande mosquée qui domine la ville moderne.

Au début du 19e siècle, As Salt était devenue une ville frontalière prospère aux confins de l'empire ottoman et du désert. Aucun souverain ne dominait la ville, ce qui profitait à chacun, et le peuple d'As Salt était décrit comme étant « libre de toutes taxes ». La ville était également un carrefour commercial prospère de par sa position à la jonction des centres régionaux et urbains de Palestine.

La richesse de la ville et son statut déclinèrent après la Première Guerre mondiale lorsque l'Emir Abdullah bin Al-Hussein choisit de faire d'Amman la capitale du nouvel Emirat de Transjordanie.
 




MUSEES


Le Musée archéologique d'As Salt

img_vase.jpgLe musée archéologique d'As Salt (Salt Archeological Museum), est situé dans la nouvelle zone commerciale de la ville. Le musée, inauguré en 1986, comprend deux salles d'exposition.

La salle d'exposition principale présente une collection de poteries de Tuleilat Ghassul, datant de la période chalcolithique (4500 à 3300 av. J.C.). Les objets datant de l'Age de bronze ancien (3300 à 2200 av. J.C.) : de grandes cruches à eau, des lampes en céramique de la région Salalem d'As Salt et de Tiwal ash-Sharqi. Ceux datant de l'Age de bronze moyen et final (2200 à 1200 av. J.C.) comprennent principalement des assiettes et des bols provenant des fouilles à Baq'a et Kattaret as-Samra. Parmi les pièces datant de l'Age de fer (1200 à 539 av. J.C.), on peut admirer des récipients en poterie et des lampes de Tell Deir' Alla.

La période byzantine (324 à 636 ap. J.C.) est représentée par une vaste collection de récipients en verre, de lampes et de chandeliers provenant d'une église de Jal'ad. Une autre partie est consacrée à des récipients en poterie de la période ayyubide/mamelouke (1174 à 1516). Des objets trouvés dans la zone du Wadi Shu'eib et du « mausolée romain » sont également présentés dans la salle principale. Ils incluent des bracelets et des pièces de monnaie en bronze datant de la période hellénistique à celle des Ayyubides.

La deuxième salle est plus petite et regroupe des collections de poterie et de verrerie de divers sites dans la région de Balqa', ainsi que des mosaïques de l'église byzantine South Shuneh.

Cette salle expose également une collection de photos illustrant des maisons, des rues et des souks traditionnels à As Salt.


Le Musée du folklore d'As Salt

As Salt Folklore Museum, musée du folklore d'As Salt, est situé dans le centre culturel d'As Salt (le As Salt Cultural Center) et fut inauguré en 1987.

Il a été créé pour la conservation et l'exposition du patrimoine populaire d'al-Balqa'. Il comprend deux sections représentant la vie des Bédouins et celle du village.

La section consacrée aux Bédouins comprend une tente en poils de chèvre divisée en deux parties : l'ash-Shaq réservée à l'homme de la maison et à ses invités masculins et l'al-Mahram destinée aux femmes. Dans la partie ash-shaq, le rituel du café est pratiqué avec la cafetière (Dallah), le plat pour torréfier les grains de café (Mehmas) et le mortier pour le moudre (Mehbash). Sont également exposées les armes utilisées pour défendre la tribu, telles que les épées et les fusils.

La maison du village est faite de roseaux et de blocs de pierres archéologiques réutilisés. A l'intérieur se trouvent un lit pliant (Wahd) et un coffre contenant les objets de famille. Les tâches ménagères sont illustrées par des mannequins féminins cuisant le pain et moulant le blé.

Les collections de ce musée illustrent la culture de la société jordanienne, ainsi que sa capacité à affronter les défis posés par la nature et à s'adapter à son environnement.