Home  |  Contact  |  A Propos Du JTB  |  Blog  |  Liens Utiles   



HISTOIRE ET CULTUREE


La région d'Ajlun est depuis longtemps une terre de peuplement en raison de son climat méditerranéen, de ses forêts denses et de son sol fertile. Cette riche histoire se reflète dans les nombreux vestiges archéologiques répartis dans les zones boisées et les villages environnants.



Dans le village de Tubna, les visiteurs peuvent découvrir la mosquée Zeidani et une salle de réunion datant de l'année 1750. Les visiteurs pourront également découvrir une structure nommée « Al'ali Shreidah » qui était la demeure du gouverneur de la région avant l'avènement de la Jordanie moderne. Seul bâtiment à deux étages alors construit dans la région, la maison du gouverneur faisait l'admiration de ses contemporains.

Le peuplement du village de Zubia, dans le district d'Ajlun, date de la période byzantine. Dans la partie du village appelée « le monastère » se trouvent les ruines d'une ancienne église byzantine. Le village contient également des maisons et des écuries datant de plusieurs centaines d'années. Dans la vallée séparant Zubia et Tubna se trouve une source qui constituait le principal point d'approvisionnement en eau des villages environnants. Aujourd'hui, plus de dix villages entourent la réserve naturelle d'Ajlun. Certains villageois travaillent encore à la culture du raisin, de la figue et de l'olive. D'autres sont employés dans le secteur public. La région est célèbre pour ses oliviers et ses produits dérivés.



Le château d'Ajlun, connu sous le nom de Qal'at Ar-Rabad, est le plus important monument historique de la région d'Ajlun. Dominant de vertes collines, il est visible de plusieurs kilomètres à la ronde, trahissant immédiatement son rôle stratégique en tant que poste d'observation protégeant les routes commerciales du 12ème au 15ème siècle. Il fut construit en 1184 par Izzeddin Usama Mungidh, l'un des généraux de Saladin, afin de contrer la menace que les Croisés faisaient peser sur le nord de la Jordanie. (Les Croisés avaient déjà occupé le sud de la Jordanie depuis leurs gigantesques châteaux à Shawbak et Kérak et furent chassés de la Transjordanie en 1188/1189). En 1214, le château fut agrandi et prit sa configuration actuelle.



Ce château est l'un des exemples d'architecture militaire médiévale arabo-islamique le mieux conservé et le plus complet. Il se caractérise principalement par une douve sèche qui l'entoure, un pont-levis menant à la porte d'entrée, un portail d'entrée fortifié (décorée de gravures en pierre représentant des pigeons), une tour sud massive et d'autres tours sur chacun de ses côtés. Le château contient un véritable labyrinthe de couloirs voûtés, d'escaliers en colimaçon, de longues rampes d'accès, avec d'immenses salles utilisées comme salles à manger, des dortoirs, des écuries, un total de 11 citernes et les quartiers privés du seigneur du lieu (qui comprend une petite baignoire en pierre et des fenêtres rectangulaires pouvant se transformer en meurtrières pour archers à des fins défensives).



Depuis le sommet du château, les visiteurs peuvent profiter d'une vue panoramique de la vallée du Jourdain et des montagnes du nord de la Jordanie. Des fouilles ont récemment mis en évidence une église bâtie sur le site du château datant du début de la période byzantine. Des travaux de rénovation ont permis de sécuriser toute la zone et d'en ouvrir l'accès aux touristes.




Musée archéologique d'Ajlun


TLe musée archéologique d'Ajlun a été créé en 1993 dans l'une des salles du château d'Ajlun. Le château, situé à l'ouest de la ville, a été construit en 1184 par Izz al-Din Usama ibn Munqidh, commandant et neveu de Saladin.

Les fouilles archéologiques dans la région d'Ajlun sont limitées. Au cours des dernières années, en sus des fouilles de Tell Abu Sarbut dans la nord de la vallée du Jourdain, les archéologues ont surtout privilégié l'étude archéologique et limité les fouilles à Wadi al-Yabis et Wadi ‘Ajlun-Kufrenjeh.

Les éléments présentés au musée archéologique d'Ajlun datent des périodes suivantes
 

  • The pre-pottery Neolithic A (8300-7300 BC): various flint tools including microliths, worked bone including needles and borers, and basalt objects. These finds came from the 1991 excavations at ‘Iraq ad-Dubb to the northeast of Ajlun

  • L'âge de bronze ancien (2300 à 1900 av. J.C.) : récipients en poterie découverts au cours de fouilles de sauvetage dans différents sites de la région.

  • La période byzantine : récipients en poterie provenant des fouilles du cimetière de Khirbet Mahrama.

  • Les périodes islamiques (ayyubide et mamelouke) : ensemble de récipients en poterie, lampes et sucriers, outils en cuivre et en bronze, et meules ainsi que diverses inscriptions arabes découvertes dans le château d'Ajlun.