Home  |  Contact  |  A Propos Du JTB  |  Blog  |  Liens Utiles   


SITES HISTORIQUES

La Jordanie est sans nul doute un royaume profondément ancré dans l'histoire et la culture. Dès votre arrivée vous prenez conscience de la richesse de son héritage ; partout subsistent les ruines de civilisations depuis longtemps reléguées dans les livres d'histoire et qui, pourtant, perdurent encore dans la vie de ce royaume surprenant et dans l'âme même de son peuple.



Amman
 



Une cité tentaculaire étendue sur plus de 19 collines, également appelées « jebels ». Amman est la capitale moderne et antique du Royaume hachémite de Jordanie. Appelée Rabbath-Ammon lors de l'Age de fer et ensuite rebaptisée Philadelphie, cette cité antique qui fit partie de la Confédération de la Décapole compte aujourd'hui une population d'environ 1,5 million d'habitants. Souvent appelée la « Amman la blanche » en raison de ses maisons de pierre blanche, Amman offre une grande variété de sites historiques. Surplombant Amman, le site des premières fortifications a révélé des ruines allant du néolithique à l'époque hellénistique, à la fin de l'empire romain et au développement de l'Islam en Arabie. Ce site également appelé la Citadelle comprend de nombreuses structures, telles que le Temple d'Hercules, le Palais omeyyade et l'église byzantine. Au pied de la Citadelle se trouve le théâtre romain, une cuvette encaissée de 6 000 places creusée à même la colline ; il accueille encore aujourd'hui des événements culturels. L'Odéon est un autre théâtre récemment rénové utilisé pour accueillir des concerts. Trois musées dans la région offrent un aperçu d'histoire et de culture : Le Musée archéologique de Jordanie ( Jordan Archaeological Museum)  , Le Musée du folklore (le Folklore Museum)  et  Le Musée de la tradition populaire(Museum of Popular Tradition).
 

En savoir plus sur Amman  

 


 

Madaba
 



Le parcours depuis le sud d'Amman, par l'historique Route des Rois(vieille de 5 000 ans), est l'un des voyages les plus mémorables en Terre Sainte, traversant une multitude de sites antiques. La première ville rencontrée est Madaba, « la ville des mosaïques ». Principalement connue pour ses spectaculaires mosaïques byzantines et omeyyades, Madaba abrite la fameuse carte en mosaïque de Jérusalem et de la Terre Sainte datant du VIe siècle. Avec ses deux millions de pièces taillées dans des pierres locales très colorées, cette carte représente les collines, vallées, villes et villages de la région jusqu'au delta du Nil. D'autres chefs-d'œuvre en mosaïque ont été retrouvés dans l'église de la Vierge et des Apôtres et dans le Le musée archéologique (Archaeological Museum), représentant toute une profusion de fleurs et de plantes, d'oiseaux et de poissons, d'animaux et de bêtes exotiques, ainsi que des scènes inspirées de la mythologie ou des activités quotidiennes liées à la chasse, à la pêche et à l'agriculture. Il existe des centaines d'autres mosaïques datées entre les Ve et VIIe siècles, dispersées dans les églises et foyers de Madaba

En savoir plus sur Madaba  



 

Pétra
 



L'antique cité de Pétra, l'un des trésors nationaux de la Jordanie, est sans aucun doute le site touristique le plus connu du pays. Située à environ trois heures de route au sud d'Amman, Pétra nous a été laissée par les Nabatéens, une nation arabe travailleuse qui s'installa dans la pointe méridionale de la Jordanie voici plus de 2000 ans. Réputée pour sa culture raffinée, son architecture massive et son système ingénieux de retenues et de canaux d'alimentation en eau, Pétra est désormais inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité dressée par l'UNESCO et reconnue comme un site qui enchante les visiteurs venus du monde entier. Le principal attrait de Pétra tient à son site spectaculaire profondément enfoncé dans une gorge désertique étroite. Pour accéder à ce site, vous devez emprunter, à pied, un gouffre (ou siq) d'un kilomètre de long, dont les parois atteignent 200 mètres de haut. Le monument le plus célèbre de Pétra, le Trésor, apparaît de manière saisissante au bout du siq. La façade altière du Trésor, qui apparaît dans le film « Indiana Jones et la dernière croisade », n'est qu'un exemple parmi d'autres de la foule de merveilles architecturales à découvrir à Pétra. Plusieurs itinéraires et sentiers grimpant le long des parois révèlent littéralement des centaines de bâtisses, de tombes, de bains, de salles funéraires, de temples, de portes archées, de rues bordées de colonnes et de surprenants dessins sur la roche, ainsi qu'un théâtre en plein air de 3 000 places, un gigantesque monastère du premier siècle et un musée archéologique moderne, lesquels peuvent être visités à loisir. Un modeste tombeau commémorant la mort d'Aaron, frère de Moïse, fut construit au 13e siècle par le sultan mamelouk, au sommet du mont Aaron dans la chaîne du Sharah.



 

En savoir plus sur Pétra  



 

Jérash
 



Après Pétra, Jérash est la deuxième grande destination touristique de Jordanie. La ville antique de Jérash peut avec orgueil tracer le début de son occupation par les hommes à plus de 6 500 ans. La cité a connu son âge d'or sous le règne romain. Aujourd'hui, ce site est considéré comme l'une des villes provinciales romaines les mieux conservées au monde. Dissimulée sous le sable pendant plusieurs siècles avant d'être découverte et restaurée durant 70 ans, Jérash est l'exemple même de la planification municipale romaine, vaste et formelle, dans tout le Moyen-Orient. Elle est ornée de rues pavées, à colonnades, d'immenses temples sur la crête des collines, de théâtres ravissants, de places publiques spacieuses, de thermes, de fontaines et de murailles percées par des tours et des grilles. Sous ses dehors gréco-romains, Jérash conserve un savoureux mélange d'Occident et d'Orient. Son architecture, sa religion et ses langues sont le fruit du mélange et de la coexistence de deux puissantes cultures, celle des gréco-romains dans le bassin de la Méditerranée d'une part, et celle des arabes de l'Orient d'autre part.
 

En savoir plus sur Jérash 



 

Aqaba
 



Célèbre pour ses fonds coralliens préservés et pour la richesse de la vie aquatique qu'ils abritent, ce port de la mer Rouge était le principal point de départ de produits de la mer Rouge vers l'Extrême-Orient dans l'antiquité. Le fort Mamelouk, l'un des principaux monuments historiques d'Aqaba, a été reconstruit par les Mamelouks au 16è siècle. De forme carrée et flanqué de tours semi-circulaires, le fort porte diverses inscriptions de la dernière période de la dynastie islamique. Les fouilles en cours sur le site de l'antique cité islamique Ayla datant du 7è siècle - dont les deux rues principales qui se croisent en son centre -, ont déjà révélé une porte et un mur d'enceinte ainsi que des tours, des bâtiments et une mosquée. Le musée abrite une belle collection d'artéfacts provenant de la région, notamment des poteries et des pièces de monnaie. Aqaba abrite également la maison de Sharif Hussein Bin Ali, l'arrière-grand-père du Roi Abdullah II. Parmi les autres sites dignes d'intérêt, citons un bâtiment en briques de terre constituant vraisemblablement la première église de la région.  

En savoir plus sur Aqaba




 

Ajlun
 



Le château d'Ajlun (connu sous le nom de château de] Qal'at Ar-Rabad) fut construit en 1184 par 'Izz ad-Din Usama bin Munqidh, un général de Saladin vaincu par les Croisés en 1187. Superbe exemple de l'architecture islamique, cette forteresse surplombe une grande partie de la vallée du Jourdain au nord, à laquelle elle donne accès. Surplombant une colline, le château d'Ajlun protégeait les voies de communication entre le sud de la Jordanie et la Syrie et faisait partie d'une chaîne de forts qui, la nuit venue, allumaient des feux pour transmettre des messages de l'Euphrate jusqu'au Caire. Aujourd'hui, le château d'Ajloun est un site splendide comportant pléthore de tours, de salles, de galeries et d'escaliers à explorer, tout en offrant des vues spectaculaires sur la vallée du Jourdain grâce à sa position dominante sur la colline. 

En savoir plus sur Ajlun 



 

Kérak
 



Le château de Kérak est un mystérieux dédale de murailles voûtées et de passages interminables. La partie la mieux préservée se trouve sous terre ; elle est accessible par une porte massive (renseignez-vous au guichet). Plus imposant que beau, le château de Kérak en lui-même reste néanmoins un impressionnant témoignage du génie militaire et architectural des Croisés. L'habitant le plus célèbre de la ville fut Reynald de Chatillon, dont la réputation reste inégalée en matière de perfidie, de trahison et de brutalité. Lorsque Baudouin II mourut, son fils, lépreux de 13 ans, sollicita une trêve auprès de Saladin. Cependant, le roi lépreux mourut sans héritier et Reynald lui succéda en gagnant la main de Stéphanie, la riche veuve du régent de Kérak assassiné. Il rompit soudainement la trêve avec Saladin qui se présenta à nouveau avec une armée gigantesque, prête au combat. Reynald et le Roi Guy de Jérusalem prirent le commandement des Croisés et subirent une terrible défaite. Reynald fut fait prisonnier et décapité par Saladin en personne, ce qui marqua le début du déclin des Croisés. Une nouvelle aile ouest fut annexée au château par les Ayyubides et les Mamelouks.  

En savoir plus sur Kérak 



 

Showbak
 



Vestige isolé de l'ancienne gloire des Croisés, le château de Showbak, se trouve à moins d'une heure de route au nord de Pétra. Autrefois appelé « Montréal », Showbak remonte à la même époque troublée que Kérak. Le château, haut perché sur le versant d'une montagne, domine de larges vergers. A l'extérieur, le château est très impressionnant avec sa grille menaçante et son triple mur d'enceinte. Malgré toutes les précautions du constructeur, le château est tombé aux mains de Saladin, 75 années seulement après son érection. Vous pourrez lire les inscriptions laissées par ses fiers successeurs sur le mur du château.


 

Umm Qays
 



Tout comme Jérash et Amman, Gadara (la Umm Qays actuelle) et Pella (Tabqat Fahl) faisaient autrefois partie des cités de la Décapole, chacune ayant des attraits uniques. Perchée sur la crête d'une splendide colline surplombant la vallée du Jourdain et le Lac de Tibériade, Umm Qays arbore d'impressionnantes ruines antiques, telles que le spectaculaire théâtre en basalte noir, la basilique et la cour adjacente parsemée de sarcophages finement gravés, la grande rue à colonnades et une rue adjacente bordée de boutiques, un mausolée souterrain, deux bains, un nymphée, une porte d'entrée de la ville et les restes presque effacés de ce qui fut un immense hippodrome.


 

Pella (Tabqit Fahl)
 



Pella is exceptionally rich in antiquities, some of which are exceedingly old. Besides the excavated ruins from the Graeco-Roman period, Pella offers visitors the opportunity to see the remains of Chalcolithic settlement from the 4th millennium BC, evidence of Bronze and Iron Age walled cities, Byzantine churches, early Islamic residential quarters and a small medieval mosque.


 

Umm Al-Jimal
 



De toutes les grandes villes du nord, c'est Umm al-Jimal qui se trouve le plus à l'est, à la frontière de la plaine orientale de basalte désertique. Elle est située le long d'une route secondaire proche de la jonction de plusieurs anciennes routes commerciales qui reliaient le centre de la Jordanie à la Syrie et à l'Iraq. Parmi les structures les plus intéressantes à visiter se trouvent les hauts baraquements avec leur petite chapelle, plusieurs grandes églises, de nombreuses citernes couvertes ou à ciel ouvert, les contours d'un fort romain et les ruines de plusieurs portes d'entrée de la ville.



Umm Ar-Rasas




Les fouilles d'Umm Ar-Rasas ont dévoilé des mosaïques parmi les plus sublimes des églises byzantines, notamment une grande tapisserie représentant des cités de l'Ancien et du Nouveau Testament, situées à l'est et à l'ouest du Jourdain. L'implantation fortifiée d'Umm Ar-Rasas présente également une tour byzantine de 15 mètres de haut qui était utilisée par les premiers moines chrétiens à la recherche de solitude.






La Route des Rois

La Route des Rois traverse les diverses zones écologiques du pays, notamment des montagnes boisées, des plateaux de cultures, des ravins profonds, le bord du désert oriental et le Golfe tropical chaud d'Aqaba. Ce passage long de 335 kilomètres est bordé des deux côtés d'une riche chaîne de sites archéologiques, telle une carte historique et géographique antique et biblique -- des villages préhistoriques de l'Age de Pierre, des villes bibliques des royaumes d'Ammon, de Moab et d'Edom, des châteaux des Croisés, certaines des plus belles premières mosaïques byzantines chrétiennes du Moyen-Orient, une forteresse romaine-hérodienne, plusieurs temples nabatéens, deux forteresses romaines majeures, d'anciennes villes islamiques et la capitale nabatéenne taillée à même la roche, Pétra. Mentionnée par son nom pour la première fois dans la bible, la Route des Rois était celle que Moïse souhaitait emprunter pour emmener son peuple vers le nord en traversant la région d'Edom, aujourd'hui située dans le sud de la Jordanie. Ce nom pourrait néanmoins provenir d'un épisode encore plus ancien relaté dans la Genèse 14, lorsqu'une alliance de « quatre rois du nord » mena ses troupes sur cette route pour aller mener bataille contre les cinq rois des Cités de la plaine, notamment les cités immorales de Sodome et Gomorrhe.


 

INFORMATIONS CULTURELLES


Galeries d'art en Jordanie




La Jordanie jouit d'une scène artistique en constante évolution, avec notamment des artistes femmes de plus en plus nombreuses. Des artistes venus de différents pays arabes peuvent profiter aujourd'hui d'une liberté et d'une inspiration artistiques réelles en Jordanie. Ainsi, la (Jordan National Gallery of Fine Arts) Galerie nationale des Beaux-Arts de Jordanie - tél : 4630128, fax : 4651119, présente une collection de peintures, sculptures et céramiques d'artistes jordaniens contemporains. La Association jordaniennes des artistes (Jordan Association of Artists) peut apporter son aide dans l'organisation des visites des studios et galeries d'Amman.


 

Centres culturels


La Jordanie comporte un certain nombres de centre dédiés à la culture et à l'art locaux, tels que le (Royal Cultural Centre) Centre culturel royal - un complexe moderne abritant des théâtres, des cinémas et des salles de conférence/d'exposition. Un programme mensuel est disponible sur demande et des journaux locaux édités en anglais présentent des informations détaillées sur les événements à venir.


 

Museums
 



Few cities in the world have been a part of human culture as long as Amman. The richness of modern Jordanian culture is in part due to the additions stirred in by the Assyrians, Nabataeans, Romans and Ottomans who lived here, and this legacy is captured in its museums.

Click here for a complete list of museums in Jordan.



Théâtres et cinémas
 

Les films étrangers sont projetés en version originale sous-titrée en arabe. Les horaires sont indiqués quotidiennement dans The Jordan Times, le quotidien jordanien.


 

Artisanat
 



Pour être complète, une visite en Jordanie ne peut ignorer son riche héritage en artisanat antique. Les artisanats traditionnels en Jordanie se sont transmis de génération en génération, depuis l'époque où tous les Jordaniens assuraient leurs besoins domestiques en tissant leurs propres tapis et en fabricant leurs propres récipients et ustensiles en terre cuite.  



Le mélange culturel arabe et islamique est très présent dans l'artisanat, en particulier pour les décorations utilisées pour la verrerie fait main, les récipients en faïence, les paniers travaillés, le tissage de tapis et la broderie fine. Les artisans produisent également, mais en moindre quantité, des bouteilles de sable décorées, des sculptures taillées minutieusement ainsi que des bijoux en argent uniques. Au cours du siècle dernier, environ, l'artisanat jordanien était influencé par d'autres traditions culturelles et savoirs-faire  

Contact Information:

Helen Al Uzaizi
email: h.aluzaizi@jrf.org.jo Tel: (9626) 593-3211 ext. 210